Emplitude pastille

La RSE et le management

Pour rappel, la Responsabilité Sociale des entreprises (RSE) consiste en la traduction des enjeux du développement durable dans la stratégie de l'organisation. Cette notion a été définit par la Commission européenne ainsi que par la norme ISO 26 000, norme de référence internationale en matière de responsabilité sociale et sociétale ds entreprise. Autrement dit, la mise en place d'une démarche RSE se traduit par une démarche responsable, solidaire, durable, sociale, en faveur de la production de l'environnement.

Les notions de Responsabilité Sociale et sociétale des Entreprises (RSE) et de Management sont liées dans la mesure où le succès de la démarche RSE tient à son management. Autrement dit, le succès de la démarche RSE tient à la capacité de l’entreprise responsable de fédérer les salariés et les acteurs de la structure autour de cette politique RSE. En effet, une politique RSE une fois établie, les actions et pratiques en faveur du développement durable doivent être animées et encadrées afin que les objectifs fixés dans le plan d’action RSE soient atteints.

Ainsi, le management doit être porteur des valeurs et actions de la RSE. Cette dernière vient aussi l’influencer et voir même modifier le type de management en place. Par ailleurs, il est indispensable que la communication RSE des organisations soit cohérente jusqu'au bout et donc adoptent des pratiques en interne en adéquation avec ces valeurs, à défaut on risque d'être dans un pratique de greenwashing (écoblanchiment). Ainsi, tant la communication que les valeurs et la gestion du travail doit être dans cette démarche de responsabilité sociale et sociétale des entreprises (RSE) et de développement durable (DD).


Un management responsable à l’image des valeurs RSE

La RSE et ses valeurs sociales et responsables vont, de fait, influencer le management RSE mis en place et agir directement sur la performance sociale de l'entreprise. En effet, dans une entreprise qui prône des valeurs RSE, notamment sociales, d’égalité, de mixité ou encore de diversité, il est impératif que cela se matérialise concrètement et de manière responsable. Si cela ne relève que du discours RSE ou du rapport RSE et n'apparaît dans aucune des actions RSE menées par l’entreprise ou l’organisation alors il s’agit de greenwashing.

Le management doit refléter l’engagement RSE des entreprises ou des organisations sociales. Pour ce faire, plusieurs actions peuvent être mises en place au niveau du management afin que ce dernier soit en accord avec les valeurs de la RSE. Ainsi, avoir un management social qui respecte les valeurs et enjeux de la RSE peut prendre la forme de plusieurs actions qui peuvent être source de performance et devenir durable.

Par exemple, le mode de management établi au sein de l'organisation doit faire en sorte de garantir une égalité des chances dans l’accès aux formations, à la mobilité, aux promotions dans tous les domaines d'action de l'entreprise. Pour ce faire, le responsable peut, par exemple, favoriser la formation de ses collaborateurs qui sont le moins qualifiés ou qui n’ont pas ou peu de diplôme par rapport aux collègues. Cette formation doit idéalement être qualifiante afin de favoriser l’employabilité et la performance du salarié.

Le responsable peut également agir sur la lutte contre les discriminations dans le recrutement. En effet, ce dernier peut faire en sorte d’avoir une attention particulière aux profils atypiques, issus des QPV, issus de la diversité et ne pas avoir un jugement empreint de stéréotype dans sa décision. Cela doit également s’appliquer lorsque le responsable doit statuer sur l’accord d’une prime, promotion, mobilité etc … Toutes ces décisions doivent être prises en fonction de leur capacité et aptitude et non pas en fonction de leur sexe, âges ou autre caractères discriminant.


La RSE influence le type de management en place des salariés et des collaborateurs

Les notions de Responsabilité Sociale et Sociétale des Entreprises (RSE) et de management responsable s'articulent aussi dans le sens où la RSE influence le type de management mis en place.

En effet, faire de la RSE implique d’identifier, de consulter et surtout de prendre en compte ses parties prenantes, ce qui inclut les salariés et les collaborateurs. Ainsi, prendre en compte ses salariés dans le processus de décision et dans son action implique d’instaurer un véritable dialogue constructif entre le manager et le managé. Cela tend à instaurer donc un management participatif ou encore un management délégatif.

Le management participatif se veut être un management très ouvert, humain, et qui laisse une grande place aux salariés dans la prise de décision. Le management délégatif quant à lui octroie aux salariés davantage de responsabilité, notamment en le consultant pour les prises de décisions. Le manager délègue alors lorsqu’il en a besoin.

Dans une démarche encore plus poussée, la RSE peut inciter à tendre vers une entreprise libérée. Ce concept développé par Isaac Getz et Brian M. Carney remplace le système hiérarchique classique par une hiérarchie aplatie où les collaborateurs se gèrent eux même.


Lire aussi : Norme ISO 26000 et les labels RSE | Elaboration et mise en place de la démarche RSE | Les avantages de la RSE | Les principes de la RSE | Les chartes RSE | La RSE : un outil de communication | Définir la RSE | Lutter contre le greenwashing | Les objectifs de la RSE | Différences label RSE et charte RSE | La RSE dans l'entreprise | Les bénéfices de la RSE | Les acteurs de la RSE | Ce qu’implique la RSE pour l’entreprise | Signification RSE | Les piliers de la RSE | Différences RSE et DD